LUMIÈRE

by LUMIÈRE

supported by
/
  • Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

     $7 CAD  or more

     

1.
02:52
2.
3.
05:11
4.
5.
6.
01:47
7.
8.
01:24

about

Paroles, musique et arrangement: Étienne Côté
Enregistré en Février 2016 au chalet Eastman et au Studio « Shit Wizard » à Montréal
Réalisation: Étienne Hamel et Étienne Côté
Prise de son: Étienne Hamel et Martin Gauthier
Mixage: Étienne Hamel
Matriçage: Harris Newman
Photographie et graphisme : Jean-Daniel Lessard
Concept visuel: Étienne Côté

Étienne Côté: Voix, guitare acoustique, guitare classique, guitare électrique, basse, piano, claviers, harmonium, percussions, timbales
Jean-Daniel Lessard: Clarinette
Gabrielle Maurtison: Violoncelle
Valérie De Niverville: Violon
Johannie Tremblay: Flûte
Gregory Burton: Euphonium
Annabelle Guimond-Simard: Voix (2-7)
Guillaume Caron: Piano (1)
Étienne Hamel: Basse (4)
Antoine Tardif: Contre-basse
Éliane Viens-Synnott: Claquettes
Diptyque: Musique électroacoustique (4)

Choeur

Soprano: Helena Deland, Juulie Rousseau, Blandine Mille, Catherine Stuyck
Alto: Florence Lachapelle Raymond, Alice Tougas St-Jak, Gabrielle Maurtison, Mireille Beaudoin
Ténor: Léolo Hamel, Guillaume Plourde
Baryton: Antony Auger, Jean-Daniel Lessard, Philippe Doyle Gosselin
Basse: Erik Evans, Samuel Gagnon

Merci.

credits

released May 12, 2016

tags

license

all rights reserved

feeds

feeds for this album, this artist

about

LUMIÈRE Montreal, Québec

Projet musical à propulsion solaire du multi-instrumentiste Étienne Côté (Canailles, Nicolet, Diptyque) prenant forme entre la source et l’objet de rayonnement; LUMIÈRE se dévoile aux regards en suspension entre ses idées énergisées d'idéal et leurs réalisations, générant un collage rayonnant de musiciens complices. ... more

shows

contact / help

Contact LUMIÈRE

Streaming and
Download help

Redeem code

Track Name: Lumière
À l'heure où s'ajuste l'existence
Je n'ai plus peur de personne
Je deviens transparence visible
Pareil à ces mirages
Je veux mourir de vivre

Au moment où s'allonge les silences
De ma paroles qui résonne
Je m'envisage dans l'espace livide
Puisque la vérité révèle
Mon éclairage lui réfléchit

À l'instant où je touche la substance
Je la réchauffe de ma somme
J'ai fait de moi un piège lucide
Et à mes yeux miroir
Un reflet d'absolu

Ah ! oui je vois, lumière c'est toi
Je te vois, je te crois
Track Name: Donner à voir
«Comme le jour dépend de l'innocence
le monde entier dépend de tes yeux purs»

Paul Éluard, Capitale de la douleur (1926),
la courbe de tes yeux, p. 139.

J'ai pris une photo de la première page un peu jaunie du livre
entre les murs chargés de mots, de cadres et de tricots

À ce moment nous aurions pu croire que le soleil
de par la fenêtre
nous avais donné ses mots ''Lumière''

Et puis une fois de plus je le referme après qu'il m'ait déjà tout dit
de ce que toi et moi étions aux grands jours du printemps

Il ne nous reste plus que l'hiver résisterons nous
au miroir de glace
que nous reflète cette année binaire

Depuis elle passe sous le seuil de notre porte comme un vœu d'éternité
même si terre et mère se gèlent longtemps entre nous deux

À cette fois je ne croyais plus m'éveiller d'elle
et s'il faut que l'on s'aime
aussitôt je ne vois plus ses mots !
Track Name: Berceuse
Pars pas trop vite
tu travailles pas demain
Ce soir dans le ciel c'est l'éclipse et
les étoiles brûlent leur âge
Nous irons marcher à rebours
sur le chemin de nos rêves éthérés

Je ne veux plus m'endormir
Je préfère bercer mon éveil
Quand plus rien n'est pareil
Les années nous ont changés d'ère
Rien à faire

Fais fuir la visite
l'espace d'un ailleurs
Comme un habile dilemme
notre présence perd son origine
Quand le village de notre appartenance
n'est plus qu'un beau dommage

Je n'aime plus m'étourdir
Je préfère repousser l'appel
De nos saisons sans nouvelle
Plus personne n'est là sur la grève
Je suis seul

Mais à quoi bon la résistance
Tout est très bien quand j'y pense

Ces souvenirs, ces histoires
et la beauté du hasard
Ces souvenirs ces histoires
et la beauté du hasard
Track Name: Poème de mon jardin
REQUIEM
mon jardin est mort
mon jardin est mort

KYRIE
il fut graine enterrée
il fut germe sous les pleurs

AGNUS DEI
il fut tige fragile sur croix de bois
il fut feuille tremblante à l'air sermonneur
il fut fleur funeste de bouquet d'espoirs touchants

LUX AETERNA
il fut fruit vermeil exquis
qui pendu de menace
suplie d'un mumure

LIBERA ME
croque moi je meure
croque moi je meure
croque moi je meure
Track Name: Je t'aime mais c'est déjà trop dire
AVANT D'AVOIR L'AIR TROP CON, JE ME SENS BIEN, JE ME SENS BIEN

AVANT DE ME L'ÉCRIRE AU FRONT, CE SERA LA FIN, CE SERA LA FIN

AVANT DE FAIRE MOURIR LE SON, J'IRAI TROP LOIN

AVANT DE LUI PLAIRE JE TOMBE, MAIS CE N'EST RIEN
Track Name: Mère Nature
. . .
Track Name: Désirer le soleil
me laisseras-tu désirer le soleil 

m’en voudras-tu d’approcher de trop près l’arc en ciel  

mais alors c’est toi ou c’est moi 
qui souhaite l’impossible 
moi je ne vois qu’un printemps qui déjeune

me laisseras-tu rattraper l'idéal 

m’en voudras-tu d’avoir empêché un peu trop l’anormal

Alors c’est moi ou c’est moi
qui repartira 
le voyage n'est rien d'autre qu’absence


me laiseras-tu me libérer de ces ombrelles

m’en voudras-tu d’accepter de vieillir sans craindre l’immortel 

mais alors c’est toi ou c’est moi
qui joue le beau rôle
ne sait-on jamais comment s’invente l’amour
Track Name: Déjeuner
J'irai loin de tout ceux qui ne vont nul part
Je me ferai un chemin petit à crever de tendres habitudes

« un café qui m'éveille un brin d'herbe un oiseau pas un mot siffle siffle une fleur un couteau une crêpe un chapeau le gazon mes orteilles une abeille le soleil un buisson tourne en rond... »

Je ne dirai rien de plus qu'il m'a fallu pour dire
Rien de plus qu'il m'a fallu pour rire